2020 – Une année rouge pour le vin français

L’année 2020 aura été difficile pour le secteur des vins et spiritueux français. Cela peut s’expliquer par les sanctions économiques à travers la politique du gouvernement américain, la crise politique en Asie, mais également la crise sanitaire avec le covid-19. Sanctions économiques / Etats-Unis Depuis octobre 2019, les vins venant de France, d’Allemagne et d’Espagne sont taxés à hauteur de 25%. Cette décision émanant du président américain vient d’être reconduite et prolongée sur une période...
Lucas Goislard Lucas Goislard23 août 20204 min

L’année 2020 aura été difficile pour le secteur des vins et spiritueux français. Cela peut s’expliquer par les sanctions économiques à travers la politique du gouvernement américain, la crise politique en Asie, mais également la crise sanitaire avec le covid-19.

Sanctions économiques / Etats-Unis

Depuis octobre 2019, les vins venant de France, d’Allemagne et d’Espagne sont taxés à hauteur de 25%. Cette décision émanant du président américain vient d’être reconduite et prolongée sur une période de 6 mois.

Les conséquences d’une telle décision sont un véritable coup dur pour l’ensemble des vignerons exportant sur ce marché. En effet, les États-Unis sont le premier marché d’exportation des vins et spiritueux français.

D’après la FEVS (Fédération des Exportateurs de Vins et Spiritueux de France) en 2018 le marché américain a représenté 3 milliards d’euros soit environ 23% de l’ensemble des exportations.

Les sanctions économiques ont mis un coup d’arrêt à l’augmentation des exportations, faisant baisser les exportations de 35% des vins « tranquille ». Cela représenterait une perte de 415 millions d’euros.

Cette prolongation de la sanction d’une durée de 6 mois pourrait viser à empêcher les vignerons français de sortir rapidement de la crise, les obligeant à se tourner vers le gouvernement français.

Au regard de la situation actuelle, autant politique qu’économique, le gouvernement américain semble vouloir créer une certaine discorde entre: les viticulteurs, les vignerons etc, et le gouvernement français. L’objectif pourrait être d’inciter implicitement le gouvernement français à revoir sa position sur les aides apportées à Airbus, raison actuelle de la sanction économique américaine envers le vin français.

Au regard de la politique menée, il semblerait judicieux de se tourner vers d’autres pays tels que la Chine pour exporter tous ces produits vinicoles.

Crise politique / Hong-Kong

La Chine fait face depuis plusieurs années à une crise politique notamment avec le parti politique démocratique situé à Hong-Kong. Ces instabilités ont eu une répercussion au niveau des importations des produits français notamment vinicoles.

Bien que Hong-Kong soit une place forte du marché mondiale du vin, l’année 2019 a été marquée par une baisse des importations de 5,6% pour le vin et de 21,2% pour les spiritueux français.

Il sera important de voir l’évolution de ces importations en prenant compte de la crise sanitaire. Au regard des nombreuses problématiques, il est quasiment certain que les viticulteurs français ne puissent pas transférer leurs ventes sur le marché asiatique.

A cela s’ajoute d’autres complications plus internes se situant directement en France.

Crise sanitaire / France

D’autres problématiques liées à la crise sanitaire vont également se poser pour l’ensemble des acteurs travaillant dans ce secteur.

Certains événements telles que les foires aux vins seront probablement annulées sur cette fin d’année 2020. A noter que des annonces ont d’ores et déjà eu lieux stipulant un report des foires aux vins pour l’année 2021. Il pourra donc s’agir d’une perte financière importante notamment pour les vignerons indépendants.

Cependant, la plus grande problématique résidera au moment des vendanges. En effet, toute la difficulté se trouve au niveau du stockage. Dans le cas où le vin n’a pas pu être écoulé, les vignerons se retrouveront dans une impasse les obligeants à trouver de la place pour accueillir les nouveaux millésimes. Ce manque de place pourra entraîner une perte partiel de la production tout en ajoutant un coût supplémentaire dû au stockage du vin non vendu.

Afin de pallier ce problème, il est possible que les vignerons décident de vendre leurs vins à des enseignes, supermarchés, cavistes, etc, à des prix réduits. L’objectif étant d’éviter une perte financière liée aux stockages des vins.

Nous, consommateurs, pourrons alors profiter d’une baisse générale des prix, mais il est important de savoir que cela sera une résultante d’une crise économique profonde pour le secteur du vin français.

Lucas GOISLARD

Sources : Larvf, Ouest-france, Tresor-economie
Pour nous soutenir : HelloAsso Fandas.

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *