Vers une nouvelle Union-Européenne ?

Ce samedi 1er février à minuit, le retrait du Royaume-Uni de l’Union-Européenne, surnommé « BREXIT », a pris effet officiel. Cela marque la fin d’une affaire qui a duré presque 4 ans. Il est difficile de prévoir avec exactitude les conséquences financières et économique d’une telle affaire. Cependant nous pouvons être certains que les répercussions seront multiples et auront un impact tant sur le plan économique que social. Il est fort probable que la première répercussion...
Avatar Clément Martinez2 février 20203 min

Ce samedi 1er février à minuit, le retrait du Royaume-Uni de l’Union-Européenne, surnommé « BREXIT », a pris effet officiel. Cela marque la fin d’une affaire qui a duré presque 4 ans.

Il est difficile de prévoir avec exactitude les conséquences financières et économique d’une telle affaire. Cependant nous pouvons être certains que les répercussions seront multiples et auront un impact tant sur le plan économique que social.

Il est fort probable que la première répercussion du Brexit se fasse ressentir sur la bourse et ce dès le lundi 3 février. Ainsi nous pourrons voir la bourse anglaise croître sur certains secteurs et en particulier les entreprises vendant leurs produits sur le sol anglais. En effet, ils ne seront plus obligés de respecter les normes Européennes mais uniquement anglaise, un gain considérable notamment pour les petites entreprises.

Cependant cela ne sera pas le cas pour les entreprises anglaise vendant leurs produits sur le marché Européen  ou encore pour les sociétés françaises de pêches qui s’approvisionnaient dans les eaux britanniques. Des crises dans de multiple secteurs feront probablement leurs apparitions. Nous pouvons prendre comme exemple, l’accès des pêcheurs français aux eaux de Guernesey qui a été été suspendue ce samedi matin.  Cette zone représentait 85 % des poissons prélevés par les bateaux de Hauts de France. Nous pouvons donc aisément conclure que si rien n’est fait, il pratiquement certain que ce secteur d’activité connaîtra une crise dans les mois, années à venir.

Dans le scénario, établi par le Trésor britannique, dans lequel le Royaume-Uni négocierait avec l’UE un accord de libre-échange similaire à celui liant le Canada à l’Europe, chaque foyer britannique perdrait environ 5400€ de revenus par an. En effet, selon leurs projections, le PIB du pays serait d’ici à 2030 inférieur de 6% à ce qu’il aurait été.

Toutefois, les mises en garde alarmante de l’OMC et prévisions du FMI en 2016 quant à une récession n’ont pas eu lieu. Au contraire la croissance du PIB anglais est restée constant. Les conséquences seront donc à observer à moyen terme. En effet, pendant la période de transition jusqu’au 31 décembre 2020, peu de changements surviendront puisque les phases de négociations pour un accord commercial seront en cours. La libre circulation des biens et des personnes ne devrait donc pas être affecté pour le moment.

Néanmoins, à compter du 1er janvier 2021, le Brexit prendra pleinement son sens et les changements structurels seront en vigueur. Quel sera alors l’avenir l’Union-Européenne de demain et du Royaume-Uni ? Le président Emanuel Macron parlait ce vendredi de « signal d’alarme historique ». Débattez avec nous sur les potentiels impacts économiques et sociaux de cet évènement.

Vous pouvez retrouver notre ancien article sur le BREXIT : Quel présent ? Quels futurs ?

Clément MARTINEZ

Sources : Consilium, Les Echos,

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *