États-Unis : Vers un doublement du salaire minimum, quelles conséquences ?

Joe BIDEN nouveau président des États-Unis souhaite d’ores et déjà mettre en place une politique visant à doubler le salaire minimum américain. Une volonté qui avait fait son apparition dès 2016 avec la candidature d’Hillary CLINTON, mais qui n’avait pas pu être mise en place suite à la victoire de Donald TRUMP. Avec le projet de Joe BIDEN, le salaire minimum devrait passer progressivement de 7.25$ à 15$ d’ici 2025. Un projet ambitieux d’autant plus...
Lucas Goislard Lucas Goislard7 février 20215 min

Joe BIDEN nouveau président des États-Unis souhaite d’ores et déjà mettre en place une politique visant à doubler le salaire minimum américain. Une volonté qui avait fait son apparition dès 2016 avec la candidature d’Hillary CLINTON, mais qui n’avait pas pu être mise en place suite à la victoire de Donald TRUMP.

Avec le projet de Joe BIDEN, le salaire minimum devrait passer progressivement de 7.25$ à 15$ d’ici 2025. Un projet ambitieux d’autant plus lorsque l’on sait que ce salaire n’a pas connu d’augmentation depuis 2009. En faisant cela, le nouveau président souhaite réduire les inégalités et permettre aux plus démunis de vivre décemment. Selon certains spécialistes, le salaire requis pour avoir une vie décente serait d’environ 20$ de l’heure soit une somme encore bien supérieure à celle proposée par le nouveau président.

À noter que certains états n’ont pas attendu une intervention du gouvernement américain pour augmenter ce salaire minimum de 7.25$. En effet, il nous est possible de prendre pour exemple la Californie ayant pour salaire minimum 12$ ou encore New York City avec 15$. Cette différence s’explique principalement par l’inflation et l’évolution du coût de la vie de plus en plus élevé dans ces états.

Cette initiative vise donc à équilibrer et à définir précisément un salaire minimum sur l’ensemble des états. Néanmoins, il sera toujours possible pour ceux qui le souhaitent, d’augmenter le salaire minimum en fonction du niveau et du coût de la vie qui leurs sont propres.

Un tel projet semble donc être plus que bénéfique pour une partie de la population, mais quand est-il pour la nation et quelles pourront être les conséquences et les limites dans les années à venir ?

 

Des limites et des conséquences multiples

 

Il est important de savoir que ce projet impactera 23 millions d’américains soit un peu plus de 15% des actifs. Cependant, il est probable qu’une première limite se fasse rapidement sentir.

En effet, bien que le salaire soit augmenté, les conséquences pourront être que le coût de la vie en général va corrélativement augmenter, réduisant ainsi ces effets positifs.

De plus, les personnes ayant auparavant un salaire compris entre 7.25$ et 15$ de l’heure verront leurs niveaux de vie diminués. Cela s’explique principalement par le fait que ces personnes se retrouveront au salaire minimum (15$) alors qu’auparavant elles étaient jusqu’à 2 fois supérieures à ce minimum (7,25$). Cela aura donc pour effet d’accentuer la pauvreté au sein de la population.

D’autres conséquences pourront se faire ressentir, mais cette fois-ci à un niveau plus international. En effet, il est possible que certains états aient réussi à attirer des entreprises avec un coût de la main-d’œuvre moins élevé. Celles-ci voyant le coût de cette même main-d’œuvre augmenter dans l’ensemble du pays seront certainement davantage motivées pour délocaliser leurs usines dans d’autres pays comme le Mexique ou bien la Chine, etc.

À travers, une telle hausse du salaire minimum il est fort possible que les entreprises soient moins compétitives et que cela profite grandement aux autres pays. Il se pourrait donc que les États-Unis connaissent une diminution de leurs exportations et une accélération de leurs délocalisations.

Nous pouvons nous demander si la solution pour réduire les inégalités et augmenter la consommation américaine en donnant davantage de moyens financiers est réellement pertinente. Dans la situation actuelle avec la Covid-19, nous constatons que les plus grandes inégalités peuvent se situer au niveau des prestations sociales pratiquement inexistantes en comparaison avec la France. Nous pouvons donc nous demander si la solution ne se trouverait pas en France.

Une comparaison difficile, mais nécessaire avec la France

 

Bien qu’aujourd’hui le SMIC français soit supérieur au salaire minimum américain avec un taux horaire à 7.89€ soit 9.50$ net, il est important de noter que le SMIC français est réévalué chaque année. De plus, chaque français travaillant a des droits (Chômage, CPF, etc) contrairement à un salarié américain.

La différence se situe donc réellement à ce niveau. Nous avons vu que le fait d’augmenter le salaire minimum aux États-Unis peut être davantage destructeur, que créateur, de richesse et que l’objectif premier de cette augmentation salariale est de réduire les inégalités. Ainsi, partant de ce postulat ne serait-il pas plus judicieux pour eux de mettre en place de véritable prestation sociale, permettant ainsi aux plus défavorisés d’avoir accès à des services médicaux, des aides, etc.

En faisant cela, les États-Unis conserveraient leurs compétitivités tout en permettant aux 23 millions de travailleurs de bénéficier d’aides notamment dans le secteur médical. Un point, qui permettrait à cette population d’allouer davantage de ressources financières dans d’autres bien que le secteur médical.

Bien que le système aux États-Unis soit différent du système français, il se peut que celui-ci puisse apporter à la France des outils visant à réduire les inégalités au sein de notre pays.

 

Comment le système américain peut contribuer à réduire les inégalités en France ?

 

Comme nous avons pu le voir précédemment, contrairement à la France, aux États-Unis les états ont la possibilité d’augmenter le salaire minimum. Cette approche pourrait donner des idées de développement pour le système français. En effet, il serait intéressant d’émettre la possibilité selon les régions de revoir le montant du salaire minimum.

Dans ce nouveau système, l’État français mettrait en place un SMIC national, mais laisserait la possibilité aux régions de l’augmenter. Le but serait de permettre aux citoyens de garder le même niveau de vie et ce quelques soit la région dans laquelle ils se situent. En effet, actuellement une personne au SMIC, vivant en milieu rural, a aujourd’hui une meilleure qualité de vie et un plus grand pouvoir d’achat qu’une personne vivant en milieu urbain.

L’idée est de s’inspirer du système américain en garantissant à chaque français un niveau de vie équivalent et ce quelque soit la région, réduisant ainsi les inégalités.

 

Que peut-on retenir ?

 

Nous pouvons donc dire qu’une augmentation significative du salaire minimum aux États-Unis n’est pas sans conséquence et que cela pourra impacter leurs économies négativement à travers des délocalisations et une diminution des exportations favorisant certains pays tels que le Mexique ou bien la Chine.

Afin d’empêcher une telle action de la part des entreprises, il pourrait être intéressant d’augmenter progressivement ce salaire minimum, et ce au cours des 4 années de mandat de Joe Biden.

La seconde possibilité serait d’inclure un système de protection sociale tel un Obamacare pour les américains touchant ce salaire minimum. L’objectif serait de pouvoir réellement contribuer à la réduction des inégalités surtout lorsqu’on sait qu’une augmentation du salaire minimum a pour conséquence d’augmenter le coût de la vie et les charges des entreprises.

Il s’agit d’un défi de taille pour le nouveau président américain, surtout lorsque l’on sait qu’il souhaite relancer une partie de son économie via cette politique.

Malgré cela, la France peut en tirer une leçon, et ce en s’inspirant du système américain. En effet, notre système se base uniquement sur un salaire minimum national et pourtant le coût de la vie varie selon les différentes régions qui composent notre pays. Il serait donc possible de prendre exemple sur le système américain en autorisant les régions à augmenter le salaire minimum en lien avec le niveau de vie. En faisant cela, un français touchant le SMIC aurait la même qualité de vie et ce quelque soit la région dans lequel il se trouve.

Lucas GOISLARD

Source : Franceinter, Lemonde

Pour nous soutenir : HelloAsso Fandas.

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *