« Plex » : les comptes bancaires Google

Tout comme Apple, Facebook et Amazon, Google confirme l’intérêt pour les GAFA de se lancer dans le secteur des services bancaires et financiers. Mercredi dernier, le géant de Mountain View a annoncé la possibilité d’ouvrir un compte bancaire estampillé Google dès 2021 sur son application Google Pay, en partenariat avec des banques. Ce positionnement récent des géants de la tech répond à un besoin stratégique des grandes banques traditionnelles : préparer leur avenir face au...
Julien Houssemand Julien Houssemand22 novembre 20205 min

Tout comme Apple, Facebook et Amazon, Google confirme l’intérêt pour les GAFA de se lancer dans le secteur des services bancaires et financiers. Mercredi dernier, le géant de Mountain View a annoncé la possibilité d’ouvrir un compte bancaire estampillé Google dès 2021 sur son application Google Pay, en partenariat avec des banques. Ce positionnement récent des géants de la tech répond à un besoin stratégique des grandes banques traditionnelles : préparer leur avenir face au développement fulgurant des banques en lignes et à leurs services financiers digitalisés. La concurrence sur le secteur bancaire s’est, en effet, accrue ces dernières années et l’avantage pour l’avenir était alors détenu par les banques en ligne, affichant un business model plus viable à long terme.

 

Un tournant majeur pour les GAFA

 

Depuis plusieurs années, les géants américains de la tech appelés GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) ou GAFAM (avec Microsoft), ont fait le choix stratégique de se lancer dans le domaine des services financiers. Le premier à se lancer concrètement fut Apple avec son service de paiement mobile « Apple Pay » lancé en octobre 2014 aux Etats-Unis et à l’été 2016 en France. Google avait rapidement enchainé le pas avec son service « Google Pay » lancé en 2015 aux Etats-Unis et en 2018 en France. Puis ce fut Facebook qui entra en lice avec l’initiation de son projet de cryptomonnaie le « Libra », qui se heurte aujourd’hui à des problèmes législatifs dans plusieurs pays dont la France. Ce projet trouve également des opposants au sein des banques traditionnelles peu enclins à voir se concrétiser un tel projet (pour plus d’informations nous vous invitons à lire notre article à ce sujet : Le libra : vers une monnaie mondiale ? )

Néanmoins les GAFA ne se sont pas arrêtés là dans leur conquête du monde bancaire. En effet, au lieu de s’attaquer de front au secteur financier ainsi qu’aux grandes banques, Apple a pris le parti de s’associer a elles pour développer son projet de carte bancaire « Apple Card ». Cette dernière, en collaboration avec la banque Goldman Sachs, a vu le jour en 2019 aux Etats-Unis.

 

Google : la réponse à Apple

 

Tout comme pour les services de paiements mobiles, il n’aura pas fallu longtemps à Google pour répondre à Apple. Ce mercredi 18 novembre 2020, Google a annoncé la mise en circulation de son nouveau service bancaire « Plex » dès 2021. Ce dernier permettra d’ouvrir un compte bancaire directement depuis son application Google Pay chez plusieurs partenaires du groupe à l’instar de Citibank. L’ouverture d’un tel compte devrait être accompagnée de la remise d’une carte de débit à l’effigie de Google et donnerait accès à de nombreux services connexes tels que de la gestion budgétaire et offres promotionnelles ou encore cashback sur l’achat de produits de la marque et/ou partenaires comme le propose Apple mais aussi Orange bank par exemple.

Aux Etats-Unis et au Canada, déjà 9 banques auraient confirmé leur collaboration au projet du géant de Mountain View.

 

Une solution pour l’avenir des banques traditionnelles ?

 

La digitalisation de l’économie et le développement des banques en lignes a mis en exergue de nouveaux relais de croissance et des axes de diversification stratégique pour les acteurs technologiques. La proposition de services financiers est ainsi entrée au cœur de la stratégie de diversification des géants de la tech, non pas pour devenir eux-mêmes des banques mais pour devenir des partenaires technologiques stratégiques des grandes banques traditionnelles. En effet, souvent en retard technologiquement et faisant face à des difficultés financières, les grandes banques traditionnelles n’ont pas forcément les moyens financiers ni le temps pour se transformer et préparer efficacement leur avenir face aux banques en lignes.

De plus, les avantages pour des sociétés telles que les GAFA par rapport à des fintech ou start-up du secteur sont nombreux :

  • Les ressources financières. En effet, Google, Facebook, Apple ou encore Amazon disposent d’une trésorerie colossale leur permettant de financer plus facilement leurs projets technologiques financiers ;
  • La technologie : De telles entreprises disposent déjà d’une technologie aboutie résultant de nombreuses années de « recherche & développement » pouvant être intégrer dans leurs projets de services financiers ;
  • L’organisation : Bien que des entreprises de cette taille soient de véritables paquebots, pas toujours facile à manœuvrer, les GAFA se veulent agiles et possèdent déjà une organisation interne développée, des infrastructures établies, …
  • La notoriété : Des noms tels que Apple, Google, Facebook, Amazon, sont connus mondialement par une large majorité de la population mondiale et surtout des grandes instances bancaires et internationales. Couplée à leurs ressources internes ainsi qu’à une position de force certaine, cette notoriété est un avantage non négligeable pour tisser des partenariats d’envergure (comme Apple & Goldman Sachs ou encore Google & CitiBank) et accélérer le développement de tels projets.

Une alliance entre les GAFA ou autres grandes sociétés de la tech et les grandes banques traditionnelles semble ainsi être vu comme une relation gagnant-gagnant. Néanmoins un tel partenariat peut entrainer des réticences quant au fait de fournir toujours plus de données personnelles au GAFA. Quelle est votre position à ce sujet ?

 

Julien HOUSSEMAND

Source : LesEchos

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *