L’EPI, la Mastercard / Visa européenne !

Un nouveau système de paiement européen visant à remplacer les Mastercard et Visa. Voici ce que propose la BCE (Banque Centrale Européenne), celle-ci est soutenue par la commission européenne mais également par une vingtaine de banques européennes. Au sein de ce projet, nous pouvons compter plusieurs banques françaises majeures telles que BNP Paribas, BPCE, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Société Générale et la Banque Postale. Ce nouveau système porte le nom d’EPI (European Payement Initiative).  ...
Lucas Goislard Lucas Goislard12 juillet 20204 min

Un nouveau système de paiement européen visant à remplacer les Mastercard et Visa. Voici ce que propose la BCE (Banque Centrale Européenne), celle-ci est soutenue par la commission européenne mais également par une vingtaine de banques européennes. Au sein de ce projet, nous pouvons compter plusieurs banques françaises majeures telles que BNP Paribas, BPCE, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Société Générale et la Banque Postale. Ce nouveau système porte le nom d’EPI (European Payement Initiative).

 

Pourquoi l’Europe se lance-t-elle dans un tel projet ?

 

La volonté est claire, mettre en place un système concurrent à celui proposé depuis des décennies par Mastercard / Visa. Nous pouvons voir un désir de trouver une certaine souveraineté et d’une émancipation face aux géants américains. Il s’agit d’un désir de plus en plus visible, que ce soit à travers la protection des données « RGPD », les « Coronabonds » et maintenant l’EPI.

Cette stratégie permettra de sécuriser les données des citoyens européens. Il est également possible que la BCE désire créer une solution de paiement plus viable en répondant au mieux aux besoins des citoyens européens. Le but est de mettre en place un système de paiement instantané en s’appuyant sur les virements et prélèvements SEPA (Single Euro Payments Area / l’espace unique de paiement en euro).

D’après une étude menée par la BCE en 2019, plus de 50% des transactions dans la plupart des pays de l’OCDE sont réalisées en espèces.

En France, il s’agit principalement du paiement par chèque avec un taux de 72% de l’ensemble des paiements émis au sein de l’Union Européenne sur l’année 2017. Il se peut que dans les années à venir ce type de paiement disparaisse au profit de l’EIP. Les raisons peuvent être multiples tels que ;

  • Des coûts importants pour les banques, évalués entre 0,7 et 4 par la CCSF en 2010.
  • Une hausse importante des fraudes, +52% en moyenne sur l’année 2016.
  • Les commerçants ne percevant pas les montants instantanément.
  • Les faux chèques etc….

Au regard des divers problèmes et aux nombreux coûts engendrés par ces différents types de paiements, la solution d’un nouveau système européen peut sembler être plus que pertinent.

 

Quels peuvent être les avantages pour les citoyens / institutions européen(ne)s ?

 

  • L’EPI pourrait permettre aux citoyens européens de bénéficier d’un moyen de paiement à moindre coût plus avantageux que les cartes actuelles et assez bas pour que les citoyens possédant un chéquier soient attirés par ce nouveau dispositif.

 

  • Il pourrait également être intéressant de voir les commissions se réduire lors des échanges entre entreprises faisant partie de la zone euro. Il s’agirait d’un atout majeur pour faire face aux deux grands acteurs actuels (Mastercard / Visa). L’objectif serait alors de permettre aux citoyens européens de bénéficier d’un moyen de paiement plus avantageux avec des frais réduits. L’expérience utilisateur étant un point stratégique pour le bon développement de ce projet.

 

  • La BCE pourrait sécuriser les données des citoyens européens. Le fait de détenir les informations pourrait également permettre aux états de la zone euro de lutter contre la fraude, le blanchiment d’argent, de lutter contre le terrorisme etc.

L’EPI pourrait donc être le premier fer de lance de l’Europe pour s’implanter sur le marché des paiements en apportant des solutions concrètes pour l’ensemble des citoyens européens et institutions européennes. Sa stratégie future pourra certainement s’établir dans les paiements mobiles en application avec le développement de la 5G et des différents opérateurs téléphoniques.

Il est également possible de voir dans les années à venir une cryptomonnaie européenne qui pourrait être intégrée à l’EPI pouvant donner plus d’avantages pour investir en Europe.

Sa mise en application reste pour le moment programmée pour l’année 2022, il sera intéressant de suivre son évolution et surtout de voir les offres concrètes qui s’établiront au cours des années à venir.

 Lucas GOISLARD

Sources : Newsroom.groupebpce, Banque-france

Pour nous soutenir : HelloAsso Fandas.

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *