Le rachat d’actions propres

Le numéro un français de la grande distribution, Carrefour, a annoncé une hausse de son chiffre d’affaires du 1er trimestre 2021 de 4,2% (dont +3,5% en France) pour atteindre les 18,6Mds €. Malgré la tentative ratée du rachat de Carrefour par la société canadienne Couche-Tard, le géant français a maintenu le rythme de son plan stratégique « Carrefour 2022 » visant à faire du groupe le leader mondial de la transition alimentaire. Porté par la hausse de...
Julien Houssemand23 avril 20215 min

Le numéro un français de la grande distribution, Carrefour, a annoncé une hausse de son chiffre d’affaires du 1er trimestre 2021 de 4,2% (dont +3,5% en France) pour atteindre les 18,6Mds €. Malgré la tentative ratée du rachat de Carrefour par la société canadienne Couche-Tard, le géant français a maintenu le rythme de son plan stratégique « Carrefour 2022 » visant à faire du groupe le leader mondial de la transition alimentaire.

Porté par la hausse de ses résultats et après le rachat du groupe brésilien BIG pour 1,1Mds €, le groupe français a pris la décision de racheter une partie de ses propres actions pour 500M €. En quoi consiste un tel processus et quels sont les avantages et inconvénients ?

 

Le processus de rachat d’actions propres

 

Au cours de son existence, une entreprise peut prendre la décision de racheter une partie de ses propres actions alors détenues par d’autres actionnaires. Dans le cas de Carrefour, cotée en Bourse, la société rachèterait des actions Carrefour détenues par des investisseurs présents sur le marché boursier, au prix du marché ou légèrement au-dessus. Par ce procédé, le nombre d’actions en circulation diminue mécaniquement, ce qui permet de créer, notamment en augmentant le phénomène de « rareté », un effet de richesse pour les actionnaires.

Ce processus est encadré juridiquement par la règlementation sur « l’autocontrôle » qui ne permet pas à une entreprise (ou une de ses filiales) de racheter plus de 10% des parts du groupe ou de l’entreprise (au-delà, l’entreprise peut décider d’annuler les actions propres acquises). Les actions propres rachetées ne donnent pas droit à rémunération (par le biais de dividendes notamment) et les droits de vote attachés sont annulés dans le but d’éviter que les décisions prises en assemblées générales ne le soient au profit des dirigeants en place et ainsi limiter au maximum les dérives.

Bien que plus courant sur les marchés américains, les processus de rachat d’actions sont également utilisés en Europe.

 

Les rachats d’actions : entre finance et stratégie

 

Mécaniquement, un rachat d’actions propres par une entreprise diminue d’autant le nombre d’actions en circulation et pouvant être échangées par les investisseurs (notamment sur les marchés boursiers). Un tel phénomène à plusieurs avantages, surtout pour les actionnaires :

  • Accès à une part plus importante des bénéfices. En effet, le nombre d’actions en circulation étant réduit, les actionnaires ont donc une part accrue dans le capital de l’entreprise et ont, de ce fait, droit à une part des bénéfices plus importante.
  • Le nombre d’actions étant moindre, le dividende total à verser diminue (à dividende constant d’une année à l’autre) puisqu’il y a moins d’actionnaires. De ce fait, la société peut augmenter le dividende versé par action, ce qui ravira les actionnaires. (Même si le versement d’un dividende n’augmente pas le patrimoine d’un actionnaire puisque le cours de son action diminuera du montant du dividende, ce dernier permet à l’actionnaire de récupérer des liquidités qu’il pourra assigner à un autre usage).
  • Moins d’actions en circulation signifie une propriété accrue de l’entreprise pour les actionnaires et donc plus de poids lors des votes de décisions prises par l’entreprise en assemblées générales.
  • Une augmentation de la valeur économique ajoutée (qui fera l’objet d’un prochain article)

 

L’ensemble de ces points apparait comme positif pour les actionnaires. Couplé à l’effet de rareté accrue, le processus de rachat d’actions contribue à la hausse du cours de bourse de la société ce qui peut représenter un avantage stratégique pour cette dernière et plus d’attrait de la part des investisseurs.

Néanmoins, au-delà de l’aspect financier, un rachat d’actions permet bien souvent de fidéliser d’autant plus les actionnaires et est psychologiquement bien perçu par les marchés financiers.

 

Les rachats d’actions ne sont-ils que positifs ?  

 

Comme tout processus, le rachat d’actions présente également quelques points d’attention :

  • La baisse des capitaux propres, ou la hausse de l’endettement. En effet, les actions propres rachetées le sont soit par le biais de la trésorerie de l’entreprise qui, une fois dépensée, réduit les fonds propres ou consomme de la dette. De ce fait, la marge de manœuvre de l’entreprise pour s’endetter à nouveau ou saisir d’autres opportunités s’en trouve réduite.
  • La réduction des fonds disponibles pour les investissements opérationnels, stratégiques ou de diversifications. En cas de rachat d’actions propres, les actionnaires doivent donc bien réfléchir aux conséquences et aux risques. Il est possible que le management ne rachète que des actions pour donner un coup de boost au prix des options émises à court terme. Si les actions sont rachetées à un prix trop élevé, ce sera aux dépens des actionnaires restants.
  • L’opération peut dégrader le bilan de l’entreprise puisqu’après l’opération de rachat, le capital diminue mais les dettes ne sont pas impactées ce qui signifie que le ratio dette / fonds propres augmente et dégrade de fait la situation financière de l’entreprise.
  • Enfin, un autre point, psychologique cette fois, peut être qu’une entreprise qui a trop souvent recours à ce type de pratique peut envoyer le message aux actionnaires d’une incapacité à trouver des relais de croissance ou autres investissements pour développer l’activité.

 

Vous l’aurez compris ce processus représente un certain nombre d’avantages s’il est utilisé à bon escient et sans excès.

Julien Houssemand

Sources :  LesEchos, BFMBusiness

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *