La voiture électrique, quelle opportunité pour le groupe BMW ?

Note préalable des auteurs : L’objectif de cet article n’est pas de militer pour cette technologie de véhicule propre. Elle vise simplement à présenter de l’information et à susciter la réflexion quant à certaines idées reçues autour des voitures hybrides et électriques, en particulier pour BMW. Cet article a été écrit par un groupe d’étudiants de l’ISC Paris, ayant gagné ex aequo le prix du meilleur cas pédagogique dans le cours de stratégie avancée de Master...
La Rédaction FANDAS La Rédaction FANDAS21 février 202111 min

Note préalable des auteurs : L’objectif de cet article n’est pas de militer pour cette technologie de véhicule propre. Elle vise simplement à présenter de l’information et à susciter la réflexion quant à certaines idées reçues autour des voitures hybrides et électriques, en particulier pour BMW.

Cet article a été écrit par un groupe d’étudiants de l’ISC Paris, ayant gagné ex aequo le prix du meilleur cas pédagogique dans le cours de stratégie avancée de Master 1. Ce groupe est constitué de : Eya Boughoula, Jade Abitan, Alexandre Benhamou, Mounia Belhaj et Essediq Bouizi.

 

Selon Wikipedia, Le véhicule électrique, également appelé « véhicule à énergie embarquée », est « un véhicule électrique de type automobile mu par un ou plusieurs moteurs électriques, généralement alimentés par une batterie d’accumulateurs voire une pile à combustible à hydrogène ». Il comporte donc une batterie pour stocker l’énergie, un moteur à courant continu avec un système de contrôle et un chargeur de batteries. Ainsi, le ou les moteurs électriques de traction sont reliés aux roues motrices. L’ordinateur contrôle, gère et régule la puissance. Une fiche de raccordement au réseau électrique permet le chargement des batteries via une prise traditionnelle. Il existe aussi des véhicules « hybrides » qui utilisent un moteur électrique pour améliorer le rendement de la partie thermique et augmenter l’autonomie entre deux pleins.

Les enjeux du développement du véhicule électrique sont écologiques bien évidemment, techniques mais aussi économiques et financiers. Les premiers clients de la voiture électrique sont les fans de technologie, les écologistes ou des conducteurs qui souhaitent faire des économies de carburant. La voiture électrique commence à trouver son marché. 

 

Les avantages et inconvénients de la voiture électrique

 

Les atouts de la voiture électrique sont nombreux. Tout d’abord, elle n’est pas émettrice, dans son utilisation, de GES, ni de polluants de type particules fines. Elle est économe financièrement en termes d’utilisation au km, compte-tenu de l’énergie utilisée. Elle est silencieuse. Elle est également valorisée. Ainsi, dans certains pays, les utilisateurs de voitures électriques se voient être avantagés par rapport aux autres conducteurs puisqu’ils peuvent accéder à certains parkings et voies gratuitement et sont également sujet à moins de taxes. La plus grande force de cette catégorie de voitures écologiques repose sur la nature électrique de son moteur. 

Quant à ses inconvénients, ils sont tout aussi multiples et vont des conditions de production de l’énergie électrique aux différents coûts de la voiture En effet, son prix à l’achat est un frein pour de nombreux ménages. Mais selon le cabinet AlixPartners, la demande en batteries devrait être multipliée par cinq d’ici 2025, et par dix d’ici 2030. Les batteries, représentent en 2019 un tiers de la valeur des véhicules électriques et devraient voir leur coût tomber sous la barre de 100$/kWh (dollars par kilowatt heure) d’ici 2024, faisant disparaitre le surcoût observé sur ce type de voitures par rapport à leurs équivalents essence ou diesel.Elle ne permet pas non plus d’effectuer de longs trajets à cause de sa faible autonomie et de sa vitesse limitée. Mais c’est de moins en moins vrai, certains modèles allant jusqu’à 600Km. Quant à sa recharge, elle peut, encore aujourd’hui, être compliquée.

Enfin, certains vont jusqu’à questionner le caractère réellement écologique de la voiture, et cela pour deux raisons essentielles. D’une part, la question des batteries qui pose un vrai problème en termes de fin de vie. Et d’autre part, le sujet du type d’énergie électrique. En effet, une voiture électrique n’est réellement écologique que si l’énergie électrique qu’elle consomme est produite à partir de centrales solaires, hydrauliques ou éoliennes et dans le cas extrême, nucléaires.

 

​ ​Quelques chiffres et tendances

 

L’Agence Internationale de l’Energie fournit des statistiques concernant les voitures électriques. « Le parc de véhicules électriques en circulation (utilitaires légers et voitures particulières, y compris les hybrides rechargeables) s’élevait à 7,89 millions fin 2019, en progression de 41 %. dont 3,81 millions en Chine, 1,45 million aux États-Unis, 370 800 véhicules en Norvège et 274 100 véhicules en France. (…) En 2019 (…) les ventes en France ont progressé de 29 % à 69 470 unités »

Une étude du Boston Consulting Group (BCG) publiée en janvier 2020 prévoit qu’en 2030 la part des véhicules électrifiés (électriques + hybrides) dans les ventes mondiales atteindra un tiers en 2025 et 51 % en 2030 ; la part des véhicules à batteries 100 % électriques devrait   passer de 2 % en 2018 à 7 % en 2025, puis à 18 % en 2030.

 

Quelles opportunités pour un groupe comme BMW ?

Le groupe BMW est un constructeur allemand d’automobiles s haut de gamme. Il comprend BMW, Mini et Rolls-Royce.  

Avec une production et un chiffre d’affaires en augmentation depuis plus de dix ans, l’entreprise BMW tient cette position notamment grâce à un effort considérable en R&D.Les innovations dans les technologies embarquées, spécialement au niveau de la sécurité, de l’assistance de conduite et des outils médias à bords font des véhicules BMW un mode de transport moderne, High Tech et sûr, en choisissant l’élégance ou la sportivité. Contrairement à ses concurrents Mercedes-Benz et Audi, BMW cible une clientèle plus jeune et a su créer un modèle en termes de qualité, de design et de sportivité. BMW détient aussi un bon réseau de communication directe avec ses clients, en passant par une plateforme internet permettant aux clients de ​créer leur propre véhicule, de personnaliser les couleurs intérieures et extérieures ainsi que les matériaux, et de simuler le résultat à l’écran instantanément, avec un rendu très réaliste. Le client peut ainsi prendre le temps de tester les différentes options disponibles, de les visualiser et ainsi faire son choix sans avoir à subir une quelconque pression commerciale. BMW ne cesse d’innover ce qui lui confère la place de leader sur le marché de l’automobile sans compter son lancement dans le marché de l’électrique, BMW cible tout type de clientèle possible, tout en restant dans le haut de gamme.

La stratégie de développement de l’entreprise se fonde aujourd’hui aussi sur la durabilité écologique et sociale : « Le groupe BMW a pour objectif d’être le fournisseur de mobilité individuelle haut de gamme le plus performant et le plus durable. »(BMW sustainable value report p2 – traduction par nos soins.Se posent alors plusieurs questions…Comment BMW pourrait faire croître sa part de marché en allant à la conquête d’un marché plus vaste qu’est celui du véhiculeélectrique ? Comment BMW grâce à une stratégie de diversification pourrait réussir à devenir le leader mondial de l’innovation automobile ?

De vraie opportunités de marché, entre prise de conscience des consommateurs et concurrence.

Le réchauffement climatique et les conséquences sur nos choix de consommation sont des sujets de plus en plus présents dans l’actualité qu’on ne peut ignorer. L’arrivée de la voiture électrique est associée aà lq prise de conscience des enjeux écologiques par les consommateurs. On fait face à une évolution des comportements, un changement du marché de l’automobile. Ainsi les constructeurs qui sauront s’adapter à ce changement des pratiques de consommation en produisant plus écologiques, seront ceux qui auront le plus de chance de pérennité sur ce secteur. ​22% des Français se déclarent intéressés par l’achat d’un véhicule hybride comme le rappelle EDF citant une étude de PWC.         

Les constructeurs automobiles l’ont bien compris. Il s’est vendu près de 149 000 voitures électriques en Europe. ​ En premier ​la Renault Zoe définiecomme la citadine électrique plurivalente, est le modèle le plus vendu en France. Elle représente23,8% des ventes électriques en 2017. Ensuite, la BMW i3, lacitadine sportive, a atteint un nombre de vente de 16 587 unités.C’est le premier modèle « zéro émission » du constructeur. On retrouve juste après elle, la Nissan Leaf, voiture la plus vendue au monde, qui atteint en France un nombre de vente de15 914. Elle séduit principalement les consommateurs Norvégiens et Anglais.

 

​Les solutions de BMW

 

Alors qu’une vague de transformations bouleverse l’industrie automobile, il est plus important que jamais pour BMW d’accélérer le rythme de ses innovations. Depuis toujours, BMW veut être à la pointe de la technologie pour améliorer conduite sécurité et maintenant écologie.                  

Aujourd’hui, le Groupe BMW propose la plus large gamme de véhicules électrifiés de tous les constructeurs automobiles au monde, avec neuf modèles déjà sur le marché et travaille actuellement à la production d’une voiture de série électrique et autonome de niveau trois la « iNext ». Safabrication qui doit commencer en 2021. La concurrence est rude avec une forte présence de Testa notamment.D’ici 2025, le groupe BMW s’attend à ce que les véhicules électrifiés représentent entre 15 et 25% de ses ventes et annonce que 80 % de l’électricité qui sera utilisé par la firme allemande proviendra d’énergies renouvelables. Le futur est déjà en marche chez BMW.

 

Découvrez également un de nos articles concernant les batteries à hydrogène : Total & PSA ensemble pour la fabrication de batteries !

Etudiants de l’ISC Paris

Eya Boughoula

Jade Abitan

Alexandre Benhamou

 Mounia Belhaj

Essediq Bouizi

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *