La transformation énergétique de Total

D’après un communiqué de presse, en date du 10 mars 2021, d’Orange, l’opérateur a signé un contrat majeur avec Total pour la fourniture de 100GWh/an d’électricité verte pendant les 20 prochaines années. Pour Orange, ce contrat est un pas de plus dans son engagement pour la transition énergétique et devrait lui permettre de développer, à horizon 2024, une dizaine de centrales solaires réparties sur l’ensemble du territoire pour une puissance d’énergie cumulée de 80MW. Pour...
Julien Houssemand Julien Houssemand13 mars 20215 min

D’après un communiqué de presse, en date du 10 mars 2021, d’Orange, l’opérateur a signé un contrat majeur avec Total pour la fourniture de 100GWh/an d’électricité verte pendant les 20 prochaines années. Pour Orange, ce contrat est un pas de plus dans son engagement pour la transition énergétique et devrait lui permettre de développer, à horizon 2024, une dizaine de centrales solaires réparties sur l’ensemble du territoire pour une puissance d’énergie cumulée de 80MW. Pour Total, ce contrat (Corporate Power Purchase Agreement) représente une opportunité supplémentaire de soutenir la transformation de son offre, d’une distribution d’énergies fossiles (pétrole, gaz, …) vers une distribution des « toutes » les énergies.

 

De Total à « Total Energies »

 

Depuis plusieurs années, Total s’est engagé dans un parcours de transition énergétique visant non seulement à réduire son emprunte carbone en tant que société, mais également de « verdir » ses services en produisant et distribuant « toutes » les énergies et en majorité les énergies renouvelables.

Dans ce sens, le groupe a mis en place, en septembre 2016, un plan stratégique « One Total » pour la préservation du climat. A travers ce plan, le groupe a décidé d’investir 10% de son budget de recherche et développement (R&D) qui s’élevait à 860 millions d’euros en 2018, pour capter, stocker et valoriser le CO2 produit et ainsi limiter son impact sur le climat. De plus, le groupe se veut de plus en plus présent dans le domaine de l’électrique avec pour objectif que cette énergie représente 15% de ses activités en 2030 et pus de 50% à horizon 2050.

Afin de marquer symboliquement cette prise de partie, la direction du groupe emmené par Patrick Pouyanné (PDG), proposera à sa prochaine assemblée générale de renommer le groupe « Total Energies ».

 

La transformation de l’offre de Total

 

Cette transition énergétique revêt un aspect stratégique important. En effet, la transformation de son offre, passant de la production et distribution d’énergies fossiles, à la production et distribution d’énergies renouvelables, devrait permettre au groupe :

  • D’optimiser son mix énergétique, en alliant plusieurs typologies d’énergies (gaz, pétrole, électricité, hydrogène, ….). Cette diversification de la palette de produits proposés permettra au groupe de réduire le risque pesant sur son activité. Pendant le premier confinement en France qui a débuté le 16 mars 2020, les activités de Total ont été fortement impacté par le ralentissement de la demande de pétrole. Une part plus importante de l’électricité dans le portefeuille d’activité du groupe aurait permis de limiter cet impact et de continuer son activité à travers une autre énergie.
  • De réduire ses coûts
  • D’augmenter sa production
  • D’attirer de nouveaux talents, prêt à prendre part au projet de transition d’un géant du secteur, qui jusque-là pouvaient se montrer réticent à rejoindre une entreprise dont les valeurs ne sont pas en accord avec l’environnement.

 

L’énergie en France

 

Actuellement, l’économie française est liée à 80% au carbone et au pétrole. La transition énergétique va donc prendre du temps, d’autant plus que beaucoup d’installations et de méthode de production reste à mettre en œuvre pour développer les ressources énergétiques renouvelables.

En effet, selon le PDG de Total (Patrick Pouyanné), la demande de pétrole devrait augmenter jusqu’en 2030 puis diminuer progressivement pour atteindre un objectif de neutralité carbone en 2050. Le principe de neutralité carbone ne veut pas dire ne plus utiliser de carbone mais de compenser son utilisation par d’autres énergies. Cela pourra être atteint en réduisant de 60% notre consommation actuelle d’énergies carbonées.

Enfin, voici une liste non exhaustive des ambitions de la France en matière de transition énergétique :

  • Émissions de gaz à effet de serre :
    • Réduction des gaz à effet de serre de 40 % entre 1990 et 2030 ;
    • Division par 4 des émissions à effet de serre entre 1990 et 2050 ;
    • Renouvellement des flottes publiques, avec l’intégration de véhicules à faibles émissions ;
    • Mise en place de 7 millions de points de recharge pour les voitures électriques, afin d’inciter les conducteurs à investir dans des véhicules plus verts.
  • Consommation d’énergie
    • Réduction de la consommation énergétique finale de 30 % d’ici 2030 et 50 % d’ici 2050 par rapport aux données de l’année 2012) ;
    • Réduction de la consommation énergétique primaire d’énergies fossiles de 30 % ;
    • Augmentation de la part des énergies renouvelables à 30 % de la consommation finale brute d’énergie d’ici 2030.
  • Production d’électricité
    • Porter la part du nucléaire à 50 % d’ici 2025

Julien Houssemand

Sources : LesEchos, Orange, Total

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *