Etes-vous Crisis-proof ?

Dès aujourd’hui et encore plus demain, la gestion de crise sera au cœur des stratégies de l’entreprise. Les crises sont, par définition, inévitables, une sorte de « fatum » de notre société capitaliste. Toutefois, en dépit des conséquences souvent désastreuses, elles peuvent parfois s’avérer positives pour l’entreprise. Comment les entreprises affrontent-elles les crises ? Comment peuvent-elle en ressortir renforcées ? Qu’est-il nécessaire de mettre en œuvre pour parvenir à une sortie de crise favorable ? Dans cet article nous allons...
Clément Martinez10 novembre 20195 min

Dès aujourd’hui et encore plus demain, la gestion de crise sera au cœur des stratégies de l’entreprise. Les crises sont, par définition, inévitables, une sorte de « fatum » de notre société capitaliste. Toutefois, en dépit des conséquences souvent désastreuses, elles peuvent parfois s’avérer positives pour l’entreprise.

Comment les entreprises affrontent-elles les crises ? Comment peuvent-elle en ressortir renforcées ? Qu’est-il nécessaire de mettre en œuvre pour parvenir à une sortie de crise favorable ?

Dans cet article nous allons vous donner les réponses à ces questions. En effet, une étude menée par PwC auprès de plus de 2000 dirigeants issus d’organisations de toute taille, dans 25 secteurs d’activité et 43 pays, nous permet de dégager une certaine vérité. Une plongée dans le monde réel qui bouleverse les idées reçues et montre qu’une crise peut constituer une expérience positive et même devenir un avantage compétitif !

 

La crise : Une expérience inévitable

 

En France, 72 % des organisations ont connu au moins une crise au cours des cinq dernières années, contre 69 % pour les organisations interrogées au niveau mondial.

Si plus d’un quart des crises (28 %) sont liées à la cybersécurité, la perception de cette menace est en augmentation puisque 52 % des répondants s’attendent à connaître une crise cyber dans les années à venir.

Les crises affectent les entreprises en profondeur et provoquent des réactions en chaîne qui peuvent s’étendre à leurs partenaires. Leurs impacts sont avant tout opérationnels (rupture de la continuité d’activité…), réglementaires (sanctions …) et humains (renouvellement de l’équipe dirigeante …).

 

Comment réagir face à une crise ?

 

L’attitude des répondants français varie face aux crises. Un tiers d’entre eux (35 %) font preuve de détermination tandis que d’autres éprouvent davantage de stress (30 %) ou d’inquiétude (26 %).

Ces attitudes se conjuguent aux difficultés rencontrées dans la gestion d’une crise. Pour les répondants à l’enquête, la communication avec les parties prenantes externes (51 %), l’obtention d’informations fiables (16 %) et la prise de décisions appropriées (12 %) constituent de potentiels obstacles.

Pour y faire face, les organisations interrogées estiment que le fait de se raccrocher aux valeurs est essentiel (80 %) et qu’agir en équipe est fondamental (77 %).

 

Mettre en place les ressources adaptées

 

Face aux enjeux stratégiques que représente la gestion de crise, les entreprises se dotent des moyens nécessaires en nommant un responsable de la gestion de crise (55 %), en dédiant des équipes structurées (44 %) et en mettant en oeuvre des plans de gestion de crise testés et maintenus en conditions opérationnelles (40 %).

 

Se préparer, réagir et rebondir : le triptyque gagnant

 

Au niveau mondial, 42 % des organisations ayant subi une crise majeure estiment en être sorties plus fortes, avec une croissance des résultats directement liée à la bonne gestion de la crise. Moins de la moitié d’entre elles (40 %) y avaient préalablement alloué un budget dédié.

La préparation demeure le meilleur moyen de gérer une crise. Ainsi, 41 % des organisations françaises réalisent des exercices ponctuellement et 15 % d’entre elles disposent d’un programme multi-exercices.

La préparation permet d’améliorer la réaction et 47 % des organisations interrogées, affirment avoir déjà utilisé leur dispositif de gestion de crise en situation réelle.

Une fois la crise terminée, l’amélioration du dispositif de gestion de crise est cruciale pour renforcer la résilience de l’organisation. En France, 95 % des organisations réalisent un retour d’expérience qui donne lieu, dans 69 % des cas, à un ajustement du dispositif.

 

Bilan :

 

Aujourd’hui 10 novembre 2019, certains signaux montre qu’une crise début 2020 serait possible : pour preuve, les investisseurs détestent l’incertitude et notamment celle qui plane en ce moment sur l’économie mondiale.

“A cause de cette croissance mondiale moins forte, les résultats des entreprises seront systématiquement moins bons. Nous allons donc voir des marchés plus volatils, plus nerveux”

explique l’économiste Jean-Hervé Lorenzi. Un terrain propice aux crises.

Plus globalement, trois facteurs stressent particulièrement les marchés financiers : le premier concerne la guerre commerciale menée par Donald Trump contre la Chine (Voir l’article FANDAS à ce sujet). Autre source d’inquiétude des investisseurs : la Chine, qui montre plusieurs signes d’affaiblissement ces derniers temps. Le PIB de la deuxième économie mondiale n’a progressé “que” de 6,5 % au troisième trimestre 2018, soit son plus bas niveau depuis 2009. Enfin, en Europe, le BREXIT et les négociations qui en découlent inquiètent (Voir l’article FANDAS à ce sujet). Le FMI a d’ailleurs prévenu que la croissance mondiale risquait de s’essouffler en 2020.

L’étincelle pourrait bien partir de l’Italie. Rome est parvenue in extremis à un accord sur son budget avec Bruxelles, mais avec un endettement à 2 300 milliards d’euros (soit 130% du PIB italien). Le pays présente donc une situation similaire à celle de la Grèce en 2011. Si les investisseurs finissaient par prendre peur et que le taux de ses emprunts explosait, la troisième puissance économique de la zone euro pourrait très bien faire défaut, entraînant l’Europe dans la dépression. L’économiste Marc Touati nous prévient :

“Ce serait dix fois Lehman Brothers”

 

Alors, pensez-vous toujours que la gestion des risques n’est pas l’enjeu central de notre siècle ?

Et surtout, êtes-vous Crisis-proof  ?

 

Clément MARTINEZ

Sources : PWC, Franceinfo

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *