De nouveaux types de fonds cotés autorisés aux Etats-Unis !

Moins transparents que les ETF traditionnels, ces nouveaux fonds indiciels cotés combinent la simplicité des ETF à la complexité d’une gestion active. Les plus grands gérants d’actifs (par exemple BlackRock) se réjouissent déjà de cette nouveauté. Une véritable plus-value pour les marchés et les investisseurs ? Aux Etats-Unis, le mariage de la gestion active et des ETF fait des émules. Plusieurs fonds cotés (ETF) gérés activement et non transparents ont été autorisés par la SEC,...
Avatar Clément Martinez7 juin 20203 min

Moins transparents que les ETF traditionnels, ces nouveaux fonds indiciels cotés combinent la simplicité des ETF à la complexité d’une gestion active. Les plus grands gérants d’actifs (par exemple BlackRock) se réjouissent déjà de cette nouveauté. Une véritable plus-value pour les marchés et les investisseurs ?

Aux Etats-Unis, le mariage de la gestion active et des ETF fait des émules. Plusieurs fonds cotés (ETF) gérés activement et non transparents ont été autorisés par la SEC, le gendarme américain des marchés financiers. Une innovation qui attise les convoitises : BlackRock, JPMorgan ou encore Goldman Sachs sont sur les rangs pour lancer leurs propres fonds dans les semaines et mois qui viennent.

 

Quelles nouveautés ?

 

Contrairement aux fonds indiciels cotés traditionnels, ces ETF n’ont pas à divulguer chaque jour la composition de leur portefeuille. L’obligation de faire la transparence à l’issue de chaque séance sur le contenu des portefeuilles des ETF représentait un frein important à l’adoption large de ce format par la gestion active. Par exemple, un gérant d’actifs quelconque parvenant à battre le marché pouvait craindre de voir chacune de ses opérations décortiquée par ses concurrents, au risque de les voir répliquer sans mal sa stratégie. Dorénavant, au lieu de publier le contenu de son portefeuille chaque jour, un gérant d’actifs le fera une fois par trimestre, tout en publiant néanmoins, bien plus fréquemment une valeur agrégée indicative. 

Un point positif pour les marchés et les investisseurs mais un manque de transparence à l’encontre des recommandations Bâloises sur la transparence ?

 

Cotation en Bourse : Augmentation des échanges ? 

 

Les nouveaux produits conservent les autres attributs des ETF, en particulier leur facilité d’échange, puisqu’ils sont cotés en Bourse, ainsi qu’un traitement fiscal avantageux par rapport aux fonds mutuels. 

Pour bon nombre de gérants, cette nouvelle génération d’ETF est synonyme de la gestion active cotée.

American Century a été le premier à se lancer sur ce marché en avril, suivi le mois dernier par Legg Mason. Récemment, c’est le géant Fidelity Investments, qui comptait plus de 2900 milliards de dollars d’actifs sous gestion à la fin mars, qui a lancé trois ETF non transparents. Ils répliquent des fonds gérés activement par la société, avec les mêmes équipes de recherche et de gestion.

Pour les gérants actifs, qui représentent encore l’essentiel du secteur, cette nouvelle génération d’ETF leur permet d’affronter à armes égales la gestion indicielle. Une planche de salut, alors que ces dernières années, les fonds indiciels cotés (ETF) ont vu leurs parts de marchés exploser aux dépens de la gestion active, en particulier aux Etats-Unis.

On peut aisément imaginé ce qu’il en sera en Europe si ces nouveaux fonds cotés sont validés par l’AMF. En effet, les ETF ont récemment dépassé les 1000 milliards d’euros d’encours sur le vieux continent, un marché dominé par BlackRock.

Clément MARTINEZ

Source : LesEchos

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *