Apple : conflits et protection des données

Depuis plusieurs mois, Apple est au centre de nombreux conflits avec ses homologues de la tech. Un des derniers en date étant celui de la « taxe Apple ». En effet, le géant de Cupertino prélève 30% des gains générés par les développeurs d’applications via l’App Store. De nombreux développeurs veulent aujourd’hui dénoncer cela et d’autant plus en pleine crise du Covid-19. Epic Games (le développeur du célèbre jeu Fortnite) a d’ailleurs été exclu de...
Avatar Julien Houssemand30 août 20204 min

Depuis plusieurs mois, Apple est au centre de nombreux conflits avec ses homologues de la tech. Un des derniers en date étant celui de la « taxe Apple ». En effet, le géant de Cupertino prélève 30% des gains générés par les développeurs d’applications via l’App Store. De nombreux développeurs veulent aujourd’hui dénoncer cela et d’autant plus en pleine crise du Covid-19. Epic Games (le développeur du célèbre jeu Fortnite) a d’ailleurs été exclu de la bibliothèque d’applications d’Apple dans ce conflit. D’autres tels que Facebook ou encore Spotify tentent de contraindre Apple à mettre fin à cette pratique. Cependant depuis quelques semaines, un nouveau conflit fait rage concernant l’utilisation des données personnelles des utilisateurs.

 

La protection des données personnelles

 

La protection des données est devenue un enjeu majeur ces dernières années. En Europe, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), mis en place en 2018 et le California Consumer Privacy Act (CCPA) mis en place aux Etats-Unis en 2020, ont pour objectif de garantir des droits aux citoyens sur la collecte et l’utilisation de leurs données personnelles. Peuvent-elles être collectées ? Peuvent-elles être utilisées à des fins commerciales ? …

Le but est ainsi de replacer l’utilisateur en pleine possession de ses informations personnelles. Néanmoins, cela n’est pas sans conséquence sur de nombreuses entreprises dont le modèle économique repose justement sur la collecte et le traitement de ces données.

 

Un nouveau combat pour Apple

 

Le géant américain a annoncé que dans la prochaine version de son système d’exploitation, les utilisateurs pourront contrôler davantage la collecte de leurs informations personnelles en donnant ou non leur accord avant chaque collecte. Cette pratique, encouragée par différents gouvernements car respectueux de l’utilisateur et des nouvelles normes en termes de protection des données, aurait néanmoins un impact important sur les revenus de nombreuses entreprises de toutes tailles.

En effet, la collecte et le traitement des données personnelles des utilisateurs sont les clés permettant de proposer, par exemple, des services de campagnes de publicités ciblées. Ces campagnes sont utiles pour les entreprises afin de promouvoir leurs produits et services de manière plus efficace en ciblant directement les profils d’utilisateurs susceptibles d’être intéressés par l’offre. Sans ce ciblage, les publicités seront diffusées de manière plus ou moins aléatoires auprès des profils utilisateurs en réduisant les chances de toucher les utilisateurs propices à acheter le produit ou le service mis en avant.

 

Pertes de revenus et remise en question 

 

Cette situation aura pour conséquences principales probables :

  • De réduire l’efficacité des campagnes publicitaires réalisées par les entreprises, réduisant ainsi le chiffre d’affaires généré sur la campagne. Cela pourrait aussi les obliger à augmenter leur budget publicité afin d’accroître leur chance de toucher des profils susceptibles d’être intéressés par leurs offres. Selon des simulations réalisées sans le ciblage, la perte de revenu est estimée, au bas mot, à 50% mais pourrait être bien plus importante ;
  • La remise en cause du modèle économique d’acteurs de la tech tels que Facebook dont les algorithmes recueillent et traitent les données personnelles des différents utilisateurs afin de cibler leurs habitudes et centres d’intérêts par exemple. Cela permet au géant américain de proposer notamment des services publicitaires à ses quelques 19 000 entreprises partenaires.

 

Ce bouleversement dans les conditions d’utilisations du système d’exploitation d’Apple peut être vu de deux manières : comme un point positif pour les utilisateurs car leur accorde plus de droits et négatif pour les entreprises souhaitant faire leur publicité en ligne ou dont le modèle économique repose sur la collecte et le traitement des données. Selon vous, quelles conséquences, autres, pourraient se faire ressentir à l’issue de la mise en place de cette protection supplémentaire ?

De plus, cette manœuvre d’Apple n’est-elle pas en partie stratégique afin d’embellir son image auprès des gouvernements et des consommateurs tout en renforçant leur position dominante ?

Julien HOUSSEMAND

Sources : LSA, Capital

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *