Paiement mobile : La Chine et puis … l’Europe ?

Plus de la moitié des paiements en Chine sont effectués via mobile. Aujourd’hui, il est même possible de payer comme on peut déverrouiller son téléphone, c’est-à-dire, grâce à la reconnaissance faciale dans les restaurants et une grande partie des points de vente. Deux noms incarnent à eux seuls cette révolution : Alipay et WeChat Pay, détenus par deux géants de la tech chinois, respectivement Alibaba et Tencent. Cependant, cette révolution chinoise pourrait-elle bientôt devenir européenne...
Clément Martinez22 décembre 20194 min

Plus de la moitié des paiements en Chine sont effectués via mobile. Aujourd’hui, il est même possible de payer comme on peut déverrouiller son téléphone, c’est-à-dire, grâce à la reconnaissance faciale dans les restaurants et une grande partie des points de vente.
Deux noms incarnent à eux seuls cette révolution : Alipay et WeChat Pay, détenus par deux géants de la tech chinois, respectivement Alibaba et Tencent.

Cependant, cette révolution chinoise pourrait-elle bientôt devenir européenne ?

fandas.fr/MOBILEPAYMENT3

 

Alipay : Une solution de paiement « Lifestyle »

 

Le 11 novembre dernier, les chinois célébraient la « journée des célibataires », soit le plus grand festival de shopping au monde, connu sous le nom de « Double 11 ». Ce jour-là, Alibaba a généré un CA de 38 milliards de dollars en 24h sur ses plateformes e-commerce, et Alipay a enregistré des pics de plus de 300 000 transactions par seconde.
Plus de 900 millions de chinois utilisent leur mobile pour payer, et plus de 50 millions de marchands acceptent les paiements via Alipay et WeChat Pay en Chine.

 

Des chiffres qui en disent long sur l’attachement des chinois au paiement mobile. Alipay fait partie intégrante de la vie de ses utilisateurs, qui ouvrent l’application plus de 20 fois par jour pour réaliser une multitude d’opérations : effectuer des paiements en ligne et en magasin, payer leurs factures d’électricité, transférer de l’argent instantanément, demander un prêt en moins de 3 minutes, souscrire une assurance, communiquer avec leurs amis, acheter un billet d’avion, consulter un médecin, commander un repas à domicile, signer un contrat, demander une nouvelle carte d’identité… et bien plus encore. Finalement, Alipay est davantage une plateforme technologique qu’une plateforme financière : on parle même de « Techfin » par opposition aux Fintech.
Alipay a même un impact social et environnemental. L’écosystème d’Alibaba est à l’origine de 40 millions d’emplois directs et indirects créés en Chine, et compte doubler ce chiffre dans 10 ans. Sur le plan environnemental, 100 millions d’arbres ont été plantés via la plateforme Ant Forest, disponible sur Alipay.
Alibaba investit énormément dans la R&D, en particulier dans les technologies de l’IA et la Blockchain. Le Groupe fera partie, aux côtés de Tencent, UnionPay et quatre banques chinoises, du programme de monnaie digitale chinoise qui sera prochainement lancée par la Banque Centrale Chinoise.
A noter que Ant Financial est le bras armé financier d’Alibaba, qui est derrière Alipay. Cette entreprise a moins de 5 ans et est déjà valorisée à plus 150 milliards de dollars. Il s’agit de l’entreprise privée bénéficiant de la plus forte valorisation financière au monde.

 

Des solutions de paiement qui arrivent en Europe

 

L’un des objectifs d’Ant Financial est de doubler son nombre d’utilisateurs pour atteindre 2 milliards de clients d’ici à 2036. Une ambition qui repose nécessairement sur son développement international.

fandas.fr/MOBILEPAYMENT1

L’expansion d’Alipay passe essentiellement par des actions de partenariats et d’acquisitions. Le Groupe a déjà mis la main sur 300 millions d’utilisateurs en Asie via des acquisitions et partenariats avec les e-wallet locales (Paytm en Inde, TrueMoney en Thaïlande, Dana en Indonésie, KakaoPay en Corée du Sud …). En Europe, Alipay cible 10 millions de commerces d’ici à 2024 et a déjà noué un partenariat avec l’UEFA dans le cadre de l’Euro 2020.
Cette stratégie est à mettre en lien avec l’extraordinaire impact du tourisme chinois. En 2018, le nombre de touristes chinois s’élevait à 150 millions, dont 2 millions en France avec un panier moyen de plus de 1500€.
L’objectif d’Alipay est simple : il s’agit de permettre à ces touristes d’utiliser le paiement mobile, même lorsqu’ils sont à l’étranger. Quelques marchands en France acceptent déjà Alipay et WeChat Pay (Galeries Lafayette, Printemps, Buy Paris Duty Free…). Alibaba,via l’offre « China Pay », accompagne les marchands et les banques européennes à définir leur stratégie de paiement, mettre en place des solutions adaptées à la clientèle chinoise et attirer les touristes chinois via des stratégies marketing ciblées.
Alipay et WeChat créent de plus en plus d’effervescence dans le monde des paiements, à tel point que les géants de la tech américains s’en inspirent : Apple Card, Facebook Pay, Uber Money, et maintenant Google Bank. L’Europe est désormais dans la course avec le lancement de l’Instant Payment (virement instantané de compte à compte en 10 secondes) et l’initiative PEPSI des banques européennes pilotée par la BCE pour créer un système de paiement pan-européen.

Clément MARTINEZ

Sources : Deloitte, L’Opinion

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *