bourse de new yorkAujoud’hui 12 octobre 2018, le groupe chinois Tencent a décidé de retarder l’entrée en Bourse (Initial Public Offering, IPO) de Tencent Music Entertainment (TME), sa filiale de streaming musical dont les concurrents sont le suédois Spotify et le français Deezer. Cette décision a été prise en raison de la conjoncture des marchés (Wall Street : -3,29%, S&P500 : -2,06%, Nasdaq : -4%, CSI300 : -4,8%).

En effet, le 2 octobre, Tencent Music Entertainment avait déposé son dossier auprès de la « Securities and Exchange Commision » (SEC), l’autorité boursière américaine, pour une entrée en Bourse dans le courant de la semaine suivante.

Cependant, malgré un marché global de la musique et du streaming en ligne qui retrouve une croissance légère grâce au développement des applications pour smartphones (même si le marché est borné par le piratage, véritable fléau qui minimise la croissance de ce secteur), TME a repoussé son IPO.

Notamment pour la raison suivante :

Les valeurs technologiques ont été récemment les plus touchées à Wall Street, les inquiétudes sur la valorisation de ce secteur d’activité incitent donc, les investisseurs à la prudence.

Pourquoi repousser son IPO ?

Une seule raison, un marché global réticent affectera le prix d’introduction.

En effet, d’après le Financial Times , le leader du marché aurait fait appel à Goldman Sachs, Morgan Stanley et Bank of America Merrill Lynch en vue de superviser une IPO très attendue dans le secteur. JPMorgan Chase et Deutsche Bank devraient jouer un rôle de conseil sur l’opération. En effet, elles seront en charge non seulement de l’introduction mais aussi faire en sorte que cette procédure réponde au mieux aux objectifs de TME vis-à-vis de l’état du marché actuel.

Tencent Music Entertainment fera son IPO semble-t-il, de manière différente que le géant suédois Spotify. Ce dernier avait opté pour une cotation directe, (dans le cadre d’une cotation directe, il n’y a pas de levée de fonds, donc pas d’augmentation de capital, ni de création de nouveaux titres. Il faut alors attendre la première cotation, la première confrontation entre l’offre et la demande sur le marché secondaire de l’action. Les titres mis à disposition sont donc cédés par des actionnaires qui ont accompagné le groupe au cours des années précédentes ou par exemple par des salariés).

Le géant chinois, fera lui une offre à prix ouvert (OPO). C’est à dire qu’une certaine quantité de titres sera assuré auprès d’investisseurs institutionnels. C’est la procédure dite de « placement garanti ». Dans le même temps, les titres sont proposés en Bourse aux investisseurs individuels dans une fourchette de prix déterminée à l’avance. Le prix d’acquisition et la quantité des titres à livrer seront définis une fois l’ensemble des ordres reçus. (cf prospectus d’IPO de la SEC).

Ces dernières semaines, des articles de presse indiquaient que TME pourrait vouloir lever 3 à 4 milliards de capital (ce montant permet de donner un ordre de grandeur pour calculer les différents frais d’enregistrement pour l’entrée en Bourse qui sont de l’ordre de 10% de la levée de fonds). Après le bon comportement de Spotify, valorisé à 25 milliards de dollars malgré une forte volatilité sur les marchés, le concurrent chinois pourrait franchir un nouveau palier et dépasser les 30 milliards de capitalisation boursière. Cette valorisation optimiste est justifiée par la domination sans commune mesure qu’exerce TME sur le marché chinois.

Par ailleurs, son destin est lié à celui de son concurrent suédois. En effet le groupe Tencent avait, fin 2017, déjà développer son activité « Music » en signant un accord de participations croisées avec le groupe Spotify (7,5% de Spotify pour TME contre 9,1% de TME pour Spotify). Le suédois est donc un allié de poids dans cette IPO.

Il est à noter, cependant, que TME est rentable (contrairement à son concurrent suédois) : 263 millions de dollars de profits sur le premier semestre 2018 pour 1,3 milliards de dollars de chiffre d’affaires ce qui signifie un profit de 20% par rapport au chiffre d’affaires. Cela peut en partie s’expliquer par le fait que ces deux plateformes de streaming ne disposent pas tout à fait du même modèle économique. TME ne s’appuie pas (ou très peu) sur un abonnement mensuel de ses utilisateurs mais sur les revenus publicitaires, et des achats à l’acte puisque TME est aussi un réseau social.

Pourquoi une IPO à Wall Street ?

TME souhaite réaliser de nouveaux investissements et donc lever de nouveaux fonds.

Une IPO permet également de renforcer la crédibilité et la visibilité de TME sur la scène internationale

Ces facteurs contribuent in fine à la croissance interne de l’entreprise mais surtout, dans ce cas précis, à sa croissance externe (ouverture à de nouveaux marchés, rencontre de nouveaux partenaires commerciaux, etc.).

Une introduction à Wall Street du numéro un en Chine répond à sa volonté de s’implanter sur le marché occidental. La diversification liée et le processus d’internationalisation marque l’engagement de TME sur un marché nouveau.

De plus, le groupe Tencent a perdu 41% de sa valeur maximale à la Bourse de Hong-Kong (sa branche jeu vidéo a été victime des règlementations brutales de Pékin). Stratégiquement, elle est donc contrainte de développer ses revenus sur d’autres secteurs et notamment celui de la musique, par le biais de TencentMusic dont il est actionnaire majoritaire (58% du capital).

Ainsi, ses deux principales politiques sont de rééquilibrer un portefeuille d’activités hétérogène et de diversifier le risque stratégique. Toutefois, elles se heurtent à un inconvénient principal : un environnement concurrentiel nouveau à maîtriser. Effectivement, TME n’a que peu de frais marketing et publicitaire du fait de sa notoriété et son importance sur le marché chinois, cela va désormais devoir changer et nécessité quelques réorientation budgétaires.

Quelles issues ?

Attendre une remontée des marchés et adopter une politique rassurant les potentiels investisseurs.

Le 11 octobre 2018, en prévision du report, le groupe Tencent a procédé au rachat de 144.000 de ses propres actions pour une valeur de 16,5 millions de dollars, alors que son cours de Bourse était au plus bas depuis 16 mois. (-34,24% depuis le début de l’année.)

Par conséquent, malgré le report de l’IPO de sa filiale, le titre Tencent Holdings prenait plus 7% en fin de séance à Hong Kong, dopé par l’annonce du plan de rachat d’actions (le 22e consécutif du groupe).

Clément Martinez. Tous droits réservés.


Sources :

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de