Dette publique, quelles solutions ?

La dette fait partie intégrante de notre économie actuelle. L’endettement peut aussi concerner des particuliers, des associations/ONG, que des entreprises et des états. L’objectif premier d’un emprunt est de permettre à tout individu ou structure de disposer d’une somme suffisante pour répondre à l’ensemble de ses besoins. Il s’agit de mettre la finance aux services d’une stratégie plus globale et plus particulièrement de l’économie réelle. Toutefois, il faut faire attention, puisqu’une dette trop élevée peut...
Lucas Goislard Lucas Goislard6 décembre 20207 min

La dette fait partie intégrante de notre économie actuelle. L’endettement peut aussi concerner des particuliers, des associations/ONG, que des entreprises et des états.

L’objectif premier d’un emprunt est de permettre à tout individu ou structure de disposer d’une somme suffisante pour répondre à l’ensemble de ses besoins. Il s’agit de mettre la finance aux services d’une stratégie plus globale et plus particulièrement de l’économie réelle. Toutefois, il faut faire attention, puisqu’une dette trop élevée peut mettre à mal, voir mettre en faillite, aussi bien des particuliers, que des structures et/ou des états.

Aujourd’hui, la France comme un certain nombre de pays a atteint un niveau de dette qui n’a encore jamais été vu auparavant en temps de paix !

Voici un graphique montrant l’évolution de la dette de la France, en comparaison avec les autres pays européens.

 

Évolution des dettes en % du PIB des pays européens de 2007 à 2019

Dette publique en % du PIB - Fandas

Source : Insee

Ainsi, nous pouvons voir que la dette française a pratiquement doublé en un peu plus de dix ans passant de 64.5% en 2007 à 120% aujourd’hui (Un pourcentage qui est pour le moment une approximation selon les dires du ministre de l’Économie). Une augmentation qui n’a pas cessé de croître au fil des années, et ce malgré diverses stratégies pour réduire et rembourser la dette contractée au cours des dernières années.

 

La France, sera-t-elle capable de rembourser une telle dette ou bien fera-t-elle Banqueroute comme a pu le faire la Grèce ?

 

Mardi 1 er décembre 2020, Mr Bruno le maire a été invité sur le plateau de LCI et a annoncé des stratégies visant à réduire et à rembourser la dette publique de l’État français.

Voici les trois grands points qui ont été énoncés pour le ministre des Finances :

La première stratégie serait de rembourser la dette par la croissance. Cette croissance ferait suite aux plans de relance réalisés au cours des derniers mois par le gouvernement. En avril dernier nous avons traité ce sujet et nous vous invitons à le découvrir à travers ce lien « Plan de sauvetages ou Fiasco européen ? » .

Il est fort probable que Mr Bruno Le Maire pense qu’en ayant réalisé de forts investissements cela suffise à booster la croissance de notre pays sur l’année qui suit. Il est pratiquement certain que ces investissements auront un impact sur le long terme, mais il est impossible d’en être aussi certain sur le court terme.

Il est également possible que le ministre de l’Économie se base sur la hausse de l’épargne des Français pendant le confinement, moteur de la future croissance en 2021. En effet, selon l’INSEE le taux de l’épargne des ménages français serait établie à 20% sur l’ensemble de l’année 2020, soit 5 points de plus par rapport à l’année 2019. Cette épargne est aujourd’hui évaluée aux alentours de 90 milliards d’euros, soit 4% du PIB.

Cette hausse est principalement due à l’incapacité des ménages français à consommer comme d’habitude suite à la crise sanitaire. Il est possible d’ajouter à cela une certaine incertitude quant à l’avenir (chômage de masse, etc).

L’objectif du gouvernement serait donc de tenir des propos rassurant à l’égard de la situation pour inciter à la consommation dès que cela sera de nouveau possible.

Pourtant, à la suite de cette première stratégie, Bruno Le Maire a annoncé vouloir réaliser une réforme des retraites. Réforme qui pourrait bien ébranler la confiance des français et inciter à épargner davantage.

 

Vers une Réforme des retraites.

 

À l’instar de vouloir rassurer sur les années à venir pouvant pousser à une certaine consommation. Les dires du ministre de l’Économie peuvent aussi faire peur et peuvent inciter malgré lui à davantage épargner. Une telle conséquence pourrait être désastreuse pour l’économie puisque cela empêcherait toute croissance sur les années à venir et anéantirait la stratégie initialement voulue.

Il est fort probable que le ministre souhaite simplement mettre un âge de départ à la retraite égale à l’ensemble des professions et mettre ainsi fin à certains privilèges. L’objectif serait donc de réduire des dépenses, une stratégie qui doit être expliquée et détaillée pour éviter tout impact sur sa première stratégie.

À noter que les dépenses allouées aux retraites ont représenté 13,7% du PIB en 2019. Une part non négligeable, qui ne pourra pas baisser drastiquement.

Le but pourrait être que la somme économisée via cette refonte des retraites pourrait être mise dans un espace réservé aux remboursements de l’emprunt contracté lors de la crise sanitaire. Une stratégie qui pourrait s’avérer payante puisqu’ici la dette serait remboursée sans augmentation de l’impôt, et indolore pour la plupart des français.

Cependant cette stratégie ne peut être efficace que si le gouvernement arrive à réduire ces emprunts et cela passe par une révision des coûts structurels liés aux exercices de l’État français.

 

Vers une refonte des coûts structurels de l’État français

 

Il s’agit de la dernière stratégie annoncée par notre ministre de l’Économie. Cette partie est capitale puisque l’objectif est de réduire les emprunts liés aux fonctionnements du gouvernement.

Le but est donc de stopper l’hémorragie financière actuelle.

Il s’agira donc de combiner ces trois stratégies. D’une part en réduisant les emprunts grâce à une amélioration du fonctionnement de l’État. La réduction des coûts pourrait permettre d’avoir des ressources suffisantes pour le remboursement de la dette publique.

Pour autant, l’élection présidentielle approche à grand pas et pourrait freiner une restructuration profonde limitant ainsi son efficacité. Si aucune restructuration n’est réalisée, les deux stratégies précédentes pourraient bien s’avérer peu efficaces. Elles permettraient dans le meilleur des cas de limiter la progression de la dette publique.

Il faudra donc rester à l’affût dans les mois qui viennent pour connaître les détails de la restructuration afin de pouvoir être capable d’en tirer de véritables conclusions sur la stratégie globale de Mr Bruno Le Maire.

Vous trouverez ci-joint la vidéo de LCI, où l’on voit Mr Bruno Le Maire annonçant ces trois grandes stratégies :

« Il faut rembourser la dette » : Bruno Le Maire esquisse la fin du « quoi qu’il en coûte » | LCI

 

Lucas GOISLARD

Source : LCI

Pour nous soutenir : HelloAsso Fandas.

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *