Décrypter le bilan d’une entreprise

Cette semaine nous allons déchiffrer ensemble les grandes lignes d’un bilan d’une entreprise. Comprendre les principaux états financiers d’une entreprise (le bilan, le compte de résultat et le tableau de flux de trésorerie) est primordial pour comprendre son fonctionnement et son « état de santé ». Le bilan d’une entreprise est un tableau qui présente sa situation patrimoniale à un instant T. Il est généralement établi lors de la clôture des comptes (annuels, semestriels ou...
Julien Houssemand16 mai 202111 min

Cette semaine nous allons déchiffrer ensemble les grandes lignes d’un bilan d’une entreprise. Comprendre les principaux états financiers d’une entreprise (le bilan, le compte de résultat et le tableau de flux de trésorerie) est primordial pour comprendre son fonctionnement et son « état de santé ».

Le bilan d’une entreprise est un tableau qui présente sa situation patrimoniale à un instant T. Il est généralement établi lors de la clôture des comptes (annuels, semestriels ou trimestriels).

Grosso modo, le bilan d’une entreprise se présente de la façon suivante :

FANDAS/Bilan

(L’image ci-dessus ne fait, volontairement, pas apparaître les « comptes de régularisations » présents à l’actif et au passif puisque, dans la plupart des cas il ne s’agit pas d’éléments essentiels du bilan et que leur explication nécessiterait d’entrer dans un aspect plus technique non recherché dans cet article)

Le bilan se compose de deux parties :

  • L’actif (à gauche de l’image) ;
  • Le passif (à droite de l’image).

Pour commencer tu peux remarquer que le total de l’actif net et le total du passif sont égaux. Cela n’est pas un hasard puisque l’actif est la contrepartie comptable du passif est inversement. La valeur nette de l’actif est égale à la valeur brute de l’actif diminuée des amortissements (et dépréciations) cumulés pour chaque catégorie d’actif. L’amortissement est la constatation comptable annuelle de la perte de valeur d’un actif subie du fait de l’usure, du temps ou de l’obsolescence. L’amortissement permet d’étaler le coût d’une immobilisation sur sa durée d’utilisation. Par exemple, pour une machine acquise pour 5000€ et amortissable sur 5 ans, la colonne amortissement sera augmentée de 1000€ chaque année et la valeur nette de l’actif (ici la machine) diminuera donc de 1000€ chaque année jusqu’à atteindre 0€ (l’amortissement comptable génère un avantage fiscal visible dans le compte de résultat que nous décrypterons dans un prochain article).

Le passif représente l’ensemble des ressources financières d’une entreprise et l’actif répertorie dans quoi ces ressources ont été employées. Par exemple, si une entreprise achète une machine pour 1000 €, elle sera inscrite à l’actif du bilan. L’actif augmente donc de 1 000 €. Néanmoins cette machine a été financée soit par des fonds propres de l’entreprise, soit par un endettement, présent au passif. Dans les deux cas le montant de 1000 € sera déjà présent au passif ce qui explique que l’équilibre soit toujours conservé. La partie des ressources financières présentes au passif et non investies dans l’activité sont inscrites en disponibilités (trésorerie). Par exemple lorsque je créé ma société et que j’apporte 1000€ de capital, je les apporte en les déposant sur le compte bancaire de l’entreprise. Le capital de l’entreprise (partie des capitaux propres) est donc de 1000€ au passif, et ces 1000€ se retrouvent en disponibilités (trésorerie) à l’actif. L’équilibre est conservé dès le démarrage de la société.

Classiquement, dans les liasses fiscales ou états financiers annuels d’une entreprise, le bilan est présenté sur deux pages, une page pour l’actif et une pour le passif (cliques ici pour voir un exemple de bilan d’entreprise).

 

Le passif

 

Maintenant que nous avons posé les bases, décortiquons ensemble le passif (cliques ici pour voir la page complète du passif au bilan).

La première partie du passif est appelée « capitaux propres ». A l’origine, les capitaux propres sont constitués par les capitaux apportés par les associés et les actionnaires au moment de la création de l’entreprise. Puis, tout au long de la vie de l’entreprise, les capitaux propres sont complétés par les résultats annuels de celle-ci, des subventions, augmentations de capital, etc . Il s’agit de ressources à long termes qui n’ont pas vocation à ressortir de l’entreprise.

FANDAS/Capitaux propres

Les principaux postes sont :

  • « Capital social ou individuel » : représente les fonds apportés au moment de la création de l’entreprise ou lors d’opérations d’augmentation de capital.
  • « Réserves légales » : Bien que symbolique, ce poste représente la somme que l’entreprise doit légalement mettre en réserve pour renforcer la sécurité des actionnaires et créanciers (prêteurs). A partir du moment où la société réalise un bénéfice, elle a l’obligation d’y affecter au moins 5% de son bénéfice et ce, jusqu’à ce que cette réserve atteigne 10% du capital social. Dans cet exemple, la société devra mettre 5% de son bénéfice annuel en réserve jusqu’à ce qu’elle atteigne 1 658 €.
  • « Report à nouveau » : correspond à la part des bénéfices de l’entreprise qui n’est ni distribuée aux actionnaires ou aux associés sous forme de dividendes ni affectée en réserves légales ou facultatives et dont l’affectation sera décidée ultérieurement.
  • « Résultat de l’exercice » : ce poste représente le montant du résultat (à ne pas confondre avec le chiffre d’affaires) réalisé par l’entreprise au cours de son exercice fiscal (un exercice fiscal est une période de 12 mois, généralement du 1er Janvier au 31 décembre). Si ce montant est positif, c’est que l’entreprise a réalisé un bénéfice, s’il est négatif, l’entreprise a réalisé une perte.

 

La deuxième partie principale est appelée « Provisions pour risques et charges ». Les provisions sont constituées à la clôture d’un exercice dans le but de couvrir une partie des risques ou des charges que des événements survenus ou en cours rendent probables mais pas certains.

FANDAS/PRC

La dernière partie principale du passif est la partie des « dettes ». Elle regroupe l’ensemble des dettes dues par l’entreprise que ce soit à des banques (Emprunts et dettes auprès d’établissements de crédit), des investisseurs privés (fonds d’investissements, autre entreprise, …), des fournisseurs (dettes fournisseurs et comptes rattachés) ou encore l’Etat (dettes fiscales et sociales) :

FANDAS/DEttes

Les emprunts obligataires convertibles ou autres emprunts obligataires représentent une forme d’emprunt contractée auprès de banques, fonds d’investissements ou tout investisseur public ou privé. Un prochain article portera sur l’explication des obligations.

Maintenant que nous avons décortiquer les principaux postes et parties du passif d’une entreprise (j’espère que c’est plus clair pour toi), nous pouvons passer à l’actif.

 

L’actif

 

L’actif correspond à la manière dont les ressources financières de l’entreprise présentes au passif du bilan ont été employées, utilisées (cliques ici pour voir la page complète de l’actif au bilan).

Nous pouvons répartir l’actif en deux catégories principales :

  • L’actif immobilisé : Une immobilisation est un investissement durable réalisé par une entreprise. Elle augmente donc son patrimoine. Etant donné qu’il s’agit de l’emploi (actif) d’une ressource financière (passif), elle est inscrite à l’actif de son bilan.
  • L’actif circulant : Cet ensemble représente la partie de l’actif qui évolue constamment tout au long de l’exercice comptable de la société. Ces actifs dits « circulants » sont utilisés pour la gestion quotidienne de l’entreprise comme les stocks, les créances clients (paiements des clients non encore reçus), d’autres créances ou encore la trésorerie.

 

Actif immobilisé

FANDAS/Actif immobilisé

L’actif immobilisé comprend 3 catégories principales d’actifs :

  • Les immobilisations incorporelles : représentent les actifs détenus par l’entreprise mais qui ne sont palpables, qui n’ont pas de substance matérielle (un brevet, fonds de commerce, …) ;
  • Les immobilisations corporelles : représentent les actifs matériels (machine, véhicule, entrepôt, outils, ordinateurs, …) ;
  • Les immobilisations financières : cette catégorie d’actifs comprend tout ce que l’entreprise détient sous forme financière. Par exemple si l’entreprise détient des actions ou parts sociales d’autres entreprises (autres participations), si elle prête de l’argent à une de ses filiales (prêts), etc., ce sera inscrit en immobilisations financières puisqu’il s’agit de sommes d’argent dont la société ne dispose plus sur son compte en banque mais qu’elle pourra récupérer en revendant ses actions par exemple ou en se faisant rembourser un potentiel prêt à une de ses filiales.

Maintenant que tu en sais plus sur la partie des actifs dits « immobilisés », qui ont vocation à rester durablement au bilan, abordons la partie des actifs qui entrent et sortent couramment du bilan de l’entreprise tout au long de son exercice comptable.

 

Actif circulant

FANDAS/Actif circulant

L’actif circulant d’une entreprise se compose principalement de 3 catégories :

  • Les stocks : ils sont composés par l’ensemble des biens, achetés, transformés ou créés par l’entreprise et destinés soit à être vendus à ses clients, soit à être consommés dans l’activité de production (par exemple, un stock de vis acquis en vue de fabriquer une table).
  • Les créances : Il s’agit principalement des sommes d’argent dues par les clients envers l’entreprise. Par exemple une entreprise qui vend un canapé de 500€ avec un paiement de 50% au comptant et 50% le mois suivant, touchera 250€ immédiatement qui seront comptabilisés en « disponibilités » (càd la trésorerie) et 250€ qui seront inscrits en « créances clients » pour signifier qu’un client lui doit encore 250€. Cela permet de conserver l’équilibre du bilan (PRIMORDIAL) puisqu’au moment de la vente du canapé, le montant de 500€ sera déduit des stocks. Les créances sont donc des ressources futures.
  • La trésorerie : catégorie nommée « Divers » sur l’image ci-dessus, la trésorerie et ses équivalents est composée des :
    • Disponibilités : Ce poste représente l’actif le plus liquide détenu par une entreprise, celui qui est le plus rapidement convertible en cash et utilisable. Il s’agit par exemple de l’argent en caisse, sur les comptes bancaires, les chèques, …
    • Valeurs mobilières de placement : Il s’agit de placements financiers (actions, obligations, OPCVM, …) qui permettent à une entreprise de rentabiliser l’excédent de trésorerie dont elle dispose en touchant des intérêts dessus. Ce type de placement, s’il est réalisé en actions d’autres entreprises, s’oppose aux titres de participation présents en immobilisations financières qui sont eux des investissements, généralement à plus long terme, destinés, par exemple, à s’assurer d’une prise partielle ou totale de contrôle d’autres entreprises dans le cadre d’un projet industriel.

 

Nous avons abordés les grandes lignes d’un bilan d’entreprise. Dans un prochain article nous parlerons d’une autre présentation du bilan, très utilisée pour réaliser des analyses financières : le bilan financier.

S’il y a des points qui ne te paraissent pas clairs n’hésite pas à nous en faire part en commentant cet article ou la publication sur les réseaux sociaux pour faire profiter à toute la communauté de notre réponse.

Julien Houssemand

Sources : Debitoor, l’expert-comptable, sources personnelles 

Laisser un commentaire

Champs obligatoires *